06/09/2015

La cornette

Je m'attaque à un gros morceau : la cornette. L'affaire est à la fois simple et compliquée ; l'article risque d'être plusieurs fois remanié ultérieurement !

Dernièrement, on passait à la télévision un téléfilm où certaines scènes se déroulaient à l'hospice des enfants trouvés, à la fin du dix-neuvième siècle. On y voyait des sœurs à cornette. Le nom exact de la congrégation est : compagnie des filles de la charité, mais le grand public les connaît plus souvent sous le nom de sœurs de charité ou sœurs de saint Vincent de Paul. Elles ont été, effectivement, dès leur fondation, au XVIIe siècle, assignées au soin des enfants abandonnés. Le moins qu'on puisse dire, en ce qui concerne ce long métrage, c'est que la coiffe n'était guère convaincante. On avait l'impression de se trouver devant un déguisement de carnaval. Voici une illustration réalisée à partir de photos de l'écran du téléviseur.

 

La nourrice 006.jpg

Ce qui pique aux yeux, c'est cette pointe à l'arrière de la tête. On a assemblé les deux bords arrière l'un à l'autre en faisant un gros pli au milieu et ce qui devrait être une cornette ressemble à un entonnoir qui part en piqué sur l'avant de la figure. Je ne sais pas ce qu'ont fait les costumiers, mais il n'était pourtant pas difficile de réunir une documentation suffisante pour reconstituer cette coiffe aujourd'hui disparue. Un petit tour dans une bibliothèque importante aurait suffi à éviter cette grossière erreur.

 

cornette.jpg

 

Mais d'où vient cette cornette qui a tant marqué les esprits au pointe de continuer à survivre dans les œuvres de fiction cinquante ans après sa suppression.  J'ai lu et entendu toute sorte de théories hautement fantaisistes sur l'origine de la cornette monumentale qu'ont coiffé ces bonnes sœurs jusqu'au début des années 60 : coiffe bigoudène, hennin médiéval, etc. Oubliez tout ça.

 

Cornette veut dire "petite corne", c'est ainsi qu'on appelait la partie d'une coiffe dont la forme rappelait une petite corne, puis la coiffe tout entière. Que voulait dire "cornette" à l'époque des premières filles de la charité ? Un dictionnaire de 1606 nous apprend qu'une cornette est "le devant d'un chaperon (de drap ou de velours) qui couvre la fontaine de la tête d'une femme". Fontaine signifie ici l'endroit où les os du crâne sont soudés, comme on parle des fontanelles des nourrissons, donc le haut du crâne. La cornette désignera ensuite une coiffe de femme que l'on porte en déshabillé, une" bande de tissu nouée sur le devant de la tête et dont les extrémités ont l'aspect de petites cornes" ou encore la coiffe des femmes du peuple.

 

Painting, SV sends on mission A_jpg.jpg

Les premières filles de la charité étaient des paysannes des alentours de Paris et elles gardaient leur vêtement traditionnel. Elles portaient le toquois, dont une source nous dit qu'il s'agit d'un bonnet à fond rond. (Histoire des filles de la charité, Matthieu Bréjon de Lavergnée). Le mot n'est pas référencé par les dictionnaires de l'époque, mais on trouve le mot "toquet". Il faut savoir qu'avant la révolution française, "oi" se prononçait "ouais". Le toquet est un "bonnet qui est à l'usage des femmes du menu peuple ou des paysannes." nous dit le dictionnaire de 1762.

 

soeur de charité.jpg

Les premières filles de la charité portent donc un bonnet commun à fond rond et, parfois, pour se protéger des intempéries, elles épinglent par dessus une bande de toile blanche, qui tombe sur les épaules, la cornette. Ce dernier élément de l'habit finit par devenir obligatoire, par souci d'uniformité, à la fin du XVIIe siècle. Au fil du temps, cette bande de toile prend de l'ampleur. On en relève les extrémités puis on l'amidonne pour que cette forme reste en place. C'est très progressivement qu'elle va prendre cette allure de paire d'ailes que nous lui connaissons.

 

 

 Evolution de la cornette dessin.jpg

dessin d'après les portraits des supérieures générales

 

Quand la Compagnie refait surface après la tourmente de la révolution française, on fait avec ce qu'on a, question vêtements. On tâtonne encore, question uniformité. A un moment donné, il faut légiférer pour limiter les proportions de la cornette qui a tendance à prendre des dimensions bien trop grandes.  Si la taille doit être réglementée, la forme de départ de la bande de toile reste toujours semblable : un rectangle.
 

L'histoire de la coiffure féminine nous apprend à quoi ressemble ce qui soutient cette architecture textile : "Le toquois est un morceau de toile carrée d'environ 50 centimètres de côté, ayant sur le devant une trentaine de fronces qui se posent sur le front. A chaque angle du toquois il y a un lacet pour le nouer sur le sommet de la tête et en entourer la coiffe. La coiffe est un disque de bois léger entouré de flanelle et destiné à soutenir l'immense cornette. Elle est évidée sur l'une de ses faces, afin de pouvoir s'adapter facilement sur la partie postérieure de la tête et elle est maintenue par une espèce de serre-tête que les filles de la charité appellent bonnet. La cornette, à ailes couronne le tout. "

Une occasion de rappeler que la cornette se porte sur un bonnet et non sur une guimpe, même si le collet, la collerette, que portaient les premières filles de la charité a vu ses proportions augmenter ses au fil des siècles.

 Fille de charité b.jpg

Ne vous laissez pas abuser par la forme biscornue que la cornette avait fini par adopter. Au début de son existence comme à la fin, elle reste une pièce de toile rectangulaire qui forme un tunnel au-dessus de la tête et s'épingle autour d'un bonnet rond. La face arrière de la cornette s'articule donc autour d'un disque.

 

 

Le saviez-vous ? La cornette à ailes n'est pas un apanage exclusif des filles de la charité. Je ne m’attarderai pas sur quelques congrégations locales qui se sont appelées sœurs des saint Vincent de Paul de Perpette-les-alouettes et ont voulu en copier le costume. Leurs imitations de cornette s'élançaient verticalement en dressant, vers le ciel, deux moignons d'aile peu convaincants.

 

Maria_Poussepin.jpg

 

La coiffe a été portée par les membres d'une congrégation française, les sœurs de charité dominicaines de la présentation. Cette famille religieuse a été fondée au XVIIe siècle par  Marie Poussepin, une femme d'affaires avant la lettre.  C'est après la tourmente de la révolution française, au cours du XIXe siècle que la cornette de ces sœurs va doucement prendre son envol et s'élever des épaules pour prendre une allure de paire d'ailes.

évolcornetdomprés.jpg

 

Leur cornette se distinguait de celle des Filles de la Charité par l'absence de pli central et de petit repli à l'avant. Au lieu de former un demi-cône, elle formait un demi-cylindre.

 

 

domin présent.jpg

 

Voici un essai de reconstitution sur poupées.

Modèle "filles de charité", à pointe, en demi-cône.

Barbie à cornette 007b.jpg

Barbie à cornette 008b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Barbie à cornette 009b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

En épinglant l'arrière de la cornette sur le fond, en arrivant tout en bas on forme un pli pour orienter l'excédent de tissu vers le haut et relever les bords de la cornette.

La cornette de Barbie 019a.jpg

 

Ces extrémités sont ensuit pliées vers le bas.

 

La cornette de Barbie 020b.jpg

 

C'est ce qui donne cet aspect de vague, d'aile. Des photos de filles de charité américaines ne présentent pas ce pli des extrémités qui se dressent  alors vers le ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Modèle "dominicaine de la présentation", en demi-cylindre.

 

Barbie à cornette 014b.jpg

Pour les proportions, j'ai utilisé un morceau d'entoilage de 8/21 cm pour la poupée. Comptez 36/90 cm pour une personne, avec un fond rigide de 15 cm de diamètre. Faites d'abord un essai avec du papier !

 

Schéma temporaire :

cornette,fabriquer une cornette de bonne soeur,cornette de nonne,cornette de religieuse

05/09/2015

La guimpe, autres modèles

Je reprends la guimpe dont la forme rappelle une barbe pour vous montrer un autre modèle. Celui-ci est porté directement sur la tête, sans bonnet en dessous. Parfois les bords ne sont pas fixés l'un sur l'autre par une épingle ou reliés par des rubans mais carrément cousus l'un à l'autre. Ce dernier cas se rencontre principalement  au cinéma ! Mais il est sans doute porté ailleurs.Clin d'œil Dans ce type de coiffe, mieux vaut mettre le bandeau par dessus, ainsi la guimpe se retrouve fixée et risque moins de bouger.

 

 

Commençons par le modèle carré. Celui-ci est coupée d'un seul morceau . Elle peut s'évaser au niveau des épaules pour permettre une meilleure fixation. En effet, une guimpe carrée ne se fixe pas à l'arrière de la nuque, il faut éviter qu'elle ballote, ce qui donnerait un aspect désordonné. On l'épingle ou on l'agrafe au niveau de la clavicule.

habit de religieuse,voile de religieuse,coiffe de bonne soeur,voile de bonne soeur,coiffe de religieuse,habit de bonne soeur,habit de nonne,habit religieux,nun coif,nun habit,guimpe de religieuse,guimpe de nonne

 

 

habit de religieuse,voile de religieuse,coiffe de bonne soeur,voile de bonne soeur,coiffe de religieuse,habit de bonne soeur,habit de nonne,habit religieux,nun coif,nun habit,guimpe de religieuse,guimpe de nonne

 

Le modèle cousu sur le haut peut aussi se voir avec une guimpe arrondie. Comme on fixe la partie inférieure derrière la nuque, avec des rubans ou par d'autres moyens, il n'y a plus se risque de ballotage. On la voit aussi coupée en trois parties : la colerette et les deux bandes latérales.

 

barbette ronde à fente dessin.jpg

 

 

habit de religieuse,voile de religieuse,coiffe de bonne soeur,voile de bonne soeur,coiffe de religieuse,habit de bonne soeur,habit de nonne,habit religieux,nun coif,nun habit,guimpe de religieuse,guimpe de nonne

habit de religieuse,voile de religieuse,coiffe de bonne soeur,voile de bonne soeur,coiffe de religieuse,habit de bonne soeur,habit de nonne,habit religieux,nun coif,nun habit,guimpe de religieuse,guimpe de nonne

 

 

04/09/2015

Scapulaires

Le scapulaire est, à l'origine, un tablier. Le mot vient du mot latin pour désigner l'épaule.  Il s'agit de deux longs pans de tissu rectangulaires qui pendent des épaules jusqu'aux pieds, par devant et par derrière. Ils sont, soit reliés par des bretelles, soit cousus ensemble par une couture en biais.  Par la suite, on a donné un sens spirituel à cette pièce de vêtement.

scapulaire à bretelles.jpg

 

scapulaire .jpg